Innovation pédagogique, Recherche

Étude des conditions de mise en œuvre par les enseignants d’évaluations formatives et sommatives dans l’enseignement des sciences

Porteurs du projet :

University of Copenhagen, Department of Science Education (Coordinator)

University of Kiel, Leibniz Institute for Science and Mathematics Education, IPN Germany

University of Cyprus, Department of Educational Sciences, Learning in Science Group, UCY Cyprus

Fachhochschule Nordwestschweiz, Pädagogische, Hochschule, Centre for Science and Technology Education, FHNW Switzerland

Centre National de la Recherche Scientifique, Lyon, ICAR, ENS Lyon, CNRS France

King's College London, Department of Education & Professional Studies, KCL UK

University of Jyväskylä, Department of Teacher Education, JYU Finland

University Joseph Fourier Grenoble 1, Teacher Education Institute, Laboratoire des Sciences de l'Éducation, UJF France

University of South Bohemia, JU Czech Republic

Pearson Education International, PEI UK

 

Ingénieurs de recherche :

David Cross

Elie Rached

 

Doctorante :

Céline Lepareur

 

Montant alloué au projet : 4 M€ dont 318 K€ sous responsabilité UJF-LSE

Période d'activité du projet : 2013 - 2017

Descriptif du projet :

L’UJF-LSE était responsable du module (Work Package 3) chargé d’identifier les caractéristiques des systèmes éducatifs des partenaires de la recherche qui pourraient influencer la mise en œuvre des compétences enseignantes recherchées (évaluation et démarches d’investigation). L’équipe UJF-LSE comporte 5 enseignants-chercheurs de l’UJF ou de l’UPMF (Pascal Bressoux, Laurent Lima, Nadia Nakhili, Michel Grangeat pour le LaRAC). Ce projet inclut une thèse que je dirige et qui étudie les effets de l’évaluation formative sur l’autorégulation des apprentissages dans le cadre des enseignements de sciences. Il s’agit de compléter l’étude sur les compétences enseignantes par une étude sur les apprentissages des élèves. Elle est financée dans le cadre de l’ARC 5. Cette thèse est en lien avec les recherches conduites par l’équipe de recherche Maths à Modeler (UJF). Il s’agit de déterminer si le mode d’interaction des chercheurs de cette équipe avec les élèves, fondé sur un développement de l’argumentation scientifique, modifie la manière dont les élèves parviennent à autoréguler leurs apprentissages.
Il a donné lieu à un colloque francophone final à l’UGA les 6 et 7 octobre 2016.

Retour en haut de page

Mis à jour le 13 juin 2018